Autre

Voici pourquoi les pommes Honeycrisp sont si chères

Voici pourquoi les pommes Honeycrisp sont si chères


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Indice : ce n'est pas parce qu'ils sont nos préférés.

La pomme Honeycrisp est un phénomène agricole. Les consommateurs paient le double, voire le triple, du prix des variétés plus traditionnelles pour les fruits croquants et acidulés. Alors que beaucoup pensent que le prix élevé de la pomme est dû à sa forte demande, ce n'est pas le cas. Il s'avère que les Honeycrisps sont vraiment difficiles à obtenir de la graine à l'étagère.

Le Honeycrisp est unique en ce qu'il a été élevé uniquement pour le goût, pas pour une culture, un stockage ou une expédition faciles, a déclaré David Bedford, l'un des éleveurs originaux de Honeycrisp. Bloomberg. Il y a quarante ans, il n'y avait que quelques options pour ceux qui ne voulaient pas être coincés à grignoter une pomme molle et farineuse. Ainsi, le Honeycrisp est né.

Restez à jour sur ce que signifie sain maintenant.

Inscrivez-vous à notre newsletter quotidienne pour plus d'articles intéressants et de délicieuses recettes saines.

Bedford a noté que cette variété de pomme n'a pas fait son chemin immédiatement, car les problèmes de croissance et de transport semblaient l'emporter sur son croustillant unique et sa saveur légèrement acide. Cependant, depuis sa création en 1977, le culte créé par la texture et le goût de cette pomme a obligé les agriculteurs à succomber à des pratiques de culture et de transport difficiles.

Vous cherchez de nouvelles façons de manger vos pommes préférées ? :

La production de Honeycrisp a doublé au cours des quatre dernières années et est devenue la cinquième variété de pomme la plus cultivée. Ce n'est pas un problème pour la majorité des vergers de la côte ouest, mais les vergers du nord-est ont du mal à suivre.

Les vergers de la côte ouest sont généralement beaucoup plus grands que leurs homologues du nord-est et peuvent donc supporter des pertes plus importantes pendant la croissance et le transport. Avec seulement 55 à 60 pour cent des Honeycrisps qui parviennent réellement au consommateur, il s'agit d'un déficit que les vergers du nord-est plus petits et plus sujets à la pluie ne peuvent pas faire face. Ces États doivent chercher à travers le pays pour s'approvisionner en pommes, au lieu d'acheter localement.

En ce qui concerne le processus de croissance, les Honeycrisps nécessitent beaucoup d'attention. Les défauts des pommiers peuvent entraîner des déficits en calcium dans les fruits, et la lumière du soleil bloquée par les branches massives peut retarder la croissance des fruits. De plus, leur peau croustillante et juteuse les rend vulnérables aux coups de soleil (et une collation agréable pour les oiseaux.)

Si une pomme atteint le stade de maturation, les tiges doivent être délicatement retirées et les pommes doivent être conservées tempérées à une température douce pendant 5 à 10 jours, au lieu d'aller directement au réfrigérateur comme la plupart des autres variétés.

Cela étant dit, les agriculteurs ne gagnent pas plus d'argent avec les amateurs de Honeycrisp; les consommateurs paient simplement pour les pommes qui ne se sont pas rendues à l'épicerie ou au marché fermier.

Ces producteurs de pommes sont dans une situation difficile, car une grande partie de leur temps et de leurs ressources sont consacrées au Honeycrisp, mais la forte demande signifie qu'ils ne peuvent pas se permettre de réduire la production.

Les vergers à travers le pays tentent d'introduire ou de promouvoir d'autres variétés de pommes avec un profil de saveur et un croquant similaires qui nécessitent moins de travail et sont moins vulnérables aux consommateurs. Bien que la Honeycrisp soit encore loin de disparaître, il existe plusieurs autres variétés de pommes qui peuvent être un achat plus économique tout en vous offrant la saveur croquante et acidulée que vous aimez.


Quelle sorte de pomme ressemble à une Honeycrisp ?

On peut aussi se demander si les pommes Pink Lady sont les mêmes que Honeycrisp ? Les deux étaient parfaitement nets avec des textures tout aussi fines, mais je dois donner le feu vert au dames roses. En comparaison avec le chips de miel, les dames roses étaient à la fois plus sucrés et plus acidulés, avec une explosion de saveur plus concentrée.

De même, se demande-t-on, le honeycrisp est-il la meilleure pomme ?

Et avec bon raisonner le Croustade au miel est un cru presque parfait Pomme. Il est incroyablement croustillant, grâce aux cellules individuelles plus grandes dans sa chair, et il présente un équilibre délicat entre le sucré et l'acidulé et une légère saveur de baies. C'est en partie parce que les gens sont prêts à payer plus, parce que le Croustade au miel est à la fois bon et bien connu.

Quelle pomme ressemble le plus à Pink Lady ?

Dame rose® et Sundowner® sont très similaire, mais nous pensons Dame rose® est juste un peu plus proche de Golden Delicious en termes de saveur.


Pourquoi les pommes sont-elles si chères ?

CHERS POINTS DE SOLEIL : Nous sommes encouragés à manger sainement et à acheter localement. J'ai vu dans le dépliant du journal d'aujourd'hui que les pommes Honeycrisp coûtent 2,69 $ la livre, soit en moyenne deux pommes. Les agriculteurs se soucient-ils vraiment de nous ou de notre argent? — Paul, pas de ville.

RÉPONSE : Les pommes Honeycrisp peuvent être particulièrement chères pour plusieurs raisons, mais cela se résume actuellement à des questions économiques de base. La variété a été créée par l'Université du Minnesota et brevetée à la fin des années 1980. Selon le brevet US PP7197 P, le Honeycrisp est « un fruit supérieur avec une texture croquante et juteuse ». Mais pourquoi la dépense ? Les gens sont des fans dévoués de Honeycrisp, l'offre ne peut tout simplement pas suivre la demande selon les rapports. Le résumé national de l'USDA de la semaine dernière montre que les pommes Honeycrisp ont la plus forte proportion d'annonces en magasin par rapport au prix moyen pondéré, cela signifie que ces magasins pensent que les gens sont prêts à payer le prix malgré le double du prix par livre par rapport aux autres variétés.

Pour cette saveur légère et sucrée sans le coût élevé, essayez les pommes Fuji ou Gala, elles sont en moyenne inférieures à 2 $ la livre. Pour plus d'informations et des comparaisons côte à côte de vos aliments de base préférés, consultez www.marketnews.usda.gov/mnp/fv-home pour le rapport hebdomadaire de l'USDA.

CHER SUN SPOTS: L'association United New Auburn et le L/A Boys and Girls Club souhaitent vous remercier d'avoir aidé à faire connaître notre 6e événement annuel Hello-ween très réussi. Malgré le froid et la pluie, nous avons accueilli plus de 600 Tricksters au New Auburn Village qui ont visité 20 entreprises participantes et la maison hantée du Boys and Girls Club. Les costumes étaient encore incroyables cette année, nous avons remis plus de 40 prix offerts. Un grand merci va en grande partie à notre grand groupe de bénévoles qui ont aidé à rendre les rues sûres pour traverser, aidé à organiser nos jeux, distribué des prix, tenu le compte des participants costumés et gardé le sourire pendant 3 heures de temps froid et pluvieux .

Notre prochain événement vous demandez-vous? 2e défilé des lumières de l'UNAA le 3 décembre.

À partir de 16 h 30, le Père Noël dirigera un défilé de véhicules et de remorques aux couleurs vives de Riverside Dr. à Sullivan Square où l'arbre des Fêtes sera allumé, des boissons chaudes seront servies et il y aura une chance de parler au Père Noël. Nous sommes toujours à la recherche de dons de lumières, de décorations et de collations ainsi que de bénévoles pour aider aux festivités. Si vous avez un camion, une remorque ou un véhicule motorisé, nous vous invitons à participer. Pour plus d'informations, vous pouvez contacter Leroy Walker au 207-577-2694 ou Kathy Shaw au 207-320-1969 ou envoyer un courriel à [email protected]com. Merci encore Sun Spots! — Kathy Shaw, Valley View Farm & Marché agricole 4 saisons.

CHER SUN SPOTS : Je ne suis pas retourné à Lewiston depuis un moment, pouvez-vous me dire ce qui est arrivé aux couvre-lits Bates ? — Roger, pas de ville.

RÉPONSE : Maine Heritage Weavers a commencé en 2002 à perpétuer la tradition des couvre-lits de « style Bates » après la vente de l'entreprise. Ils sont maintenant situés à Monmouth avec leur magasin Bates Mill Store au 904 Main St.


Qui a les pommes Honeycrisp les moins chères 2013 ?

Vous recherchez la meilleure offre sur les pommes Honeycrisp ? J'ai collecté les prix à travers le pays pour tenter de trouver la meilleure offre sur la nouvelle pomme préférée des Américains. Voici les résultats de mes recherches. Ce que j'ai trouvé, c'est une large gamme de prix, certains bas et d'autres assez élevés, même en solde. J'ai également inclus quelques prix bio. Si vous avez des informations que vous pouvez apporter, veuillez laisser un commentaire ci-dessous en m'indiquant le prix et l'emplacement des pommes Honeycrisp. J'ai aussi une liste bio ci-dessous.

Veuillez noter que pour les chaînes de magasins, j'ai indiqué un emplacement exact avec le prix. Cela peut varier d'un endroit à l'autre, alors vérifiez votre magasin local.

Article similaire - Pourquoi Honeycrisp est-il si cher

Hillers | Toutes les pommes du Michigan, y compris Honeycrisp pour 0,99 $/livre (annonce du 23 septembre au 6 octobre) | Ann Arbor, Michigan
Meijer | Michigan Cultivé pour 1,77 $/livre (Annonce du 29 septembre) | Ann Arbor, Michigan
Kroger | Michigan Cultivé pour 1,88 $/livre (Annonce du 30 septembre) | Ann Arbor, Michigan
Dominique | Michigan Cultivé pour 1,99 $/livre (annonce du 2 octobre au 8 octobre) | Chicago, Illinois
ralph lauren | 2,49 $/livre (annonce du mercredi 2 octobre au mardi 8 octobre) | Californie du Sud
Marché des aliments entiers | 2,49 $/livre | Ann Arbor, Michigan
Sweetbay Suppermarket | 2,49 $/livre (annonce du 2 octobre au 8 octobre) | Tampa, Floride
Le marché du frais | 2,98 $/livre (régulièrement 4 $/livre) (annonce du 2 au 8 octobre) | Tolède, Ohio

Qui a les pommes Honeycrisp biologiques les moins chères

Publier | 3,49 $ (normalement 5 lb) jusqu'au 9 octobre
Marché des aliments entiers | 3,99 $/livre | Ann Arbor, Michigan


Pourquoi les pommes durent-elles plus longtemps au réfrigérateur ?

Pommes Doit toujours être conservé dans le Frigo: Voici pourquoi. Ne les mettez jamais dans un panier exposé, à moins que vous ne prévoyiez de les manger dès que possible. C'est assez lamentable, surtout si vous rentrez de la cueillette de pommes avec un boisseau entier d'entre eux. Si tu réfrigérer les fruits, cependant, ils peuvent durer un à deux mois.

Aussi, pourquoi les pommes restent-elles fraîches si longtemps ? Pourquoi les pommes semblent avoir une durée de conservation beaucoup plus longue que les autres fruits? Parce qu'ils faire ont une durée de conservation plus longue que la plupart des autres fruits. Ils garder pendant 2-4 semaines à température ambiante et 1-2 mois au réfrigérateur. Mais garder les éloigner des autres fruits car ils dégagent un gaz qui accélère la maturation des autres fruits.

À cet égard, combien de temps les pommes se conservent-elles au réfrigérateur ?

Les fruits durent-ils plus longtemps au réfrigérateur ?

Stockage fruit dans le frigo Le plus frais fruit, y compris les pommes, les baies et les raisins, dure plus longtemps s'ils sont conservés dans leur emballage d'origine et stockés dans le bac à légumes de votre frigo. Les baies peuvent dernier dans le frigo pendant environ une semaine. Les sacs en plastique avec de minuscules évents (ouvertures) aident à garder fruit Frais plus long en libérant de l'humidité.


Contenu

Le brevet américain 7197 et le rapport 225-1992 (AD-MR-5877-B) du Centre de recherche horticole ont indiqué que le Honeycrisp était un hybride des cultivars de pomme 'Macoun' et 'Honeygold'. [1] Cependant, les empreintes génétiques menées par un groupe de chercheurs en 2004, qui incluaient ceux qui ont été attribués sur le brevet américain de la plante, ont déterminé qu'aucun de ces cultivars n'est un parent du Honeycrisp, mais que le Keepsake (Malinda x Northern Spy , une autre pomme développée par le même programme de croisement de l'Université du Minnesota) est l'un des parents. [10] L'autre parent a été identifié en 2017 comme la sélection inédite de l'Université du Minnesota MN1627. Les grands-parents de Honeycrisp du côté MN1627 sont la duchesse d'Oldenbourg et le Golden Delicious. [11]

Le brevet américain pour le cultivar Honeycrisp a expiré en 2008, bien que la protection par brevet dans certains pays se poursuive jusqu'en 2031. le collège et le département dans lesquels la recherche a été menée, et un fonds pour d'autres recherches. [3] [7] L'Université du Minnesota a croisé Honeycrisp avec une autre de leurs variétés de pommes, Minnewashta (nom de marque Zestar), pour créer un hybride appelé Minneiska (nom de marque SweeTango), [12] publié en tant que "variété gérée" pour contrôler comment et où il peut être cultivé et vendu. [3]

Les fleurs de pomme Honeycrisp sont auto-stériles, donc une autre variété de pomme doit être à proximité comme pollinisateur afin d'obtenir des fruits. La plupart des autres variétés de pommes polliniseront Honeycrisp, tout comme les variétés de pommetiers. [13] Honeycrisp ne se réalisera pas lorsqu'il est cultivé à partir de graines. Les arbres cultivés à partir des graines de pommes Honeycrisp seront des hybrides de Honeycrisp et du pollinisateur. [1]

Les jeunes arbres ont généralement une densité plus faible de gros fruits bien colorés, tandis que les arbres matures ont une densité de fruits plus élevée avec une taille et une qualité de couleur réduites. [14] La densité des fruits peut être ajustée en éliminant les grappes de fleurs ou les jeunes fruits pour contrer l'effet. [14] La fermeté de la chair est également généralement meilleure avec des densités de récolte plus faibles. [14] Le noyau amer affecte de manière disproportionnée les chips au miel, généralement 23% de la récolte est affectée. [15]

En raison de la popularité croissante de la pomme Honeycrisp, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse et du Canada a dépensé plus de 1,5 million de dollars canadiens pour financer un programme de renouvellement du verger Honeycrisp de 5 ans de 2005 à 2010 afin de subventionner les producteurs de pommes afin de remplacer les arbres plus âgés (principalement McIntosh) -retourner des variétés de pommes, la Honeycrisp, la Gala et l'Ambrosia. [16] [17]

Les producteurs de pommes de l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande ont commencé à cultiver du Honeycrisp pour approvisionner les consommateurs pendant la saison morte aux États-Unis. [18] Le premier lot de cultivars Honeycrisp cultivés en Nouvelle-Zélande et introduits sur le marché nord-américain a été marqué à l'aide de la marque déposée "HoneyCrunch". [19] [20] Selon le site Web de l'US Apple Association, c'est l'un des quinze cultivars de pomme les plus populaires aux États-Unis. [21]

En 2006, l'école primaire Andersen de Bayport a demandé à la législature de l'État du Minnesota de faire de la pomme Honeycrisp le fruit de l'État. Le projet de loi a été adopté en mai 2006. [22]

Au début des années 1990, un verger du Minnesota, Chuck Nystrom, a découvert une pollinisation croisée ouverte entre Honeycrisp et une variété inconnue, résultant en une nouvelle variété appelée SugarBee. [23]


Maintenant que vous connaissez certains des avantages et des raisons pour lesquelles vous devriez faire du jus de pommes en premier lieu, réduisons les meilleures pommes pour le jus afin que vous puissiez aller de l'avant et commencer!

1. Pomme Honeycrisp

Les Honeycrisps sont les premiers sur notre liste.

Honeycrisps est une pomme hybride créée dans le Minnesota au début des années 1960 mais n'a pas atteint la popularité commerciale avant les années 1990.

Et, hé, saviez-vous que l'Université du Minnesota (UM) détenait un brevet sur ces pommes ?

Oui, ce qui signifiait que chaque fois que quelqu'un achetait un arbre Honeycrisp productif, il devait payer jusqu'à 1,30 $ à l'UM. Comment est-ce un fait amusant ?

Aujourd'hui, parce que les arbres Honeycrisp nécessitent beaucoup d'entretien et prennent du temps pour produire suffisamment de fruits, l'offre a du mal à suivre la demande des consommateurs.

Pour nous, cela signifie malheureusement aussi que les délicieuses Honeycrisps sont jusqu'à 4 fois plus chères que les autres pommes populaires.

Quoi qu'il en soit, si vous ne les aimez pas déjà, vous l'aimerez après en avoir essayé un bien mûri. Ils sont populaires à la fois pour leur saveur et leur texture, possédant un bel équilibre entre sucré et acidulé avec une qualité de texture légèrement grossière.

Vous pouvez les manger tels quels, les utiliser pour la cuisson ou, pour nos intentions et à nos fins, faire de délicieux jus fraîchement pressés qui sont naturellement sucrés et n'auront besoin d'aucun ajout pour la douceur.

Sachez simplement que les Honeycrisps doivent être considérés comme un ingrédient de jus de luxe, car vous les paierez plus cher.

2. Pomme Gala

Croisement entre les pommes Golden Delicious et Kidd’s Orange Red, la pomme Gala fait partie des variétés de pommes les plus populaires au monde et se classe au 2e rang derrière la variété Red Delicious aux États-Unis.

Les pommes Gala provenaient à l'origine de la Nouvelle-Zélande et ont été découvertes dans les années 1930 avant d'être vendues dans le grand public au milieu des années 1960 et de devenir finalement un grand succès sur le marché américain. Ils ont même reçu une étreinte royale de la part de la reine Elizabeth II.

Ils sont magnifiquement colorés avec des rayures rouge-blush à rose-orange sur un fond jaune pâle.

Ils sont facilement disponibles dans les épiceries toute l'année, mais de nombreux propriétaires aiment aussi faire pousser leurs propres pommiers Gala à la maison.

Et vous ne pouvez pas les blâmer. La saveur d'une pomme Gala qui vient d'être cueillie est absolument incomparable à celle qui est restée pendant des jours au magasin.

Ils offrent une saveur bien équilibrée de sucré et acidulé avec un soupçon de vanille.

Pour le jus, les pommes Gala sont un ingrédient très rentable, vous aurez donc plus de facilité à vous le permettre.

Ces pommes vous donneront un jus naturellement sucré, vous n'aurez donc pas à vous soucier d'ajouter autre chose pour la douceur.

Parce que les pommes Gala sont récoltées tôt dans la saison, elles ont tendance à être de plus petite taille par rapport aux autres pommes populaires de notre liste.

Attendez-vous à utiliser 3 à 4 pommes par tasse de jus.

3. Camée Pomme

Les pommes Cameo sont des pommes brillantes et rayées de rouge au goût croquant et sucré.

Ils ont été découverts sur une propriété de l'État de Washington au début des années 1980 et seraient apparentés aux variétés Red et Golden Delicious.

Elles figurent parmi les 10 meilleures pommes produites dans l'État de Washington.

Vous aurez les meilleures chances de mettre la main sur ces délicieuses pommes entre octobre et avril.

Les pommes Cameo sont une autre variété abordable que vous pouvez utiliser pour faire du jus de pomme frais. Le jus sera suffisant sans avoir besoin d'édulcorer supplémentaire.

Ils sont généralement de taille moyenne, alors attendez-vous à en utiliser 3 à 4 par tasse de jus.

4. Pomme Délicieuse Rouge

Les pommes Red Delicious représentent près de 50 % des exportations de l'État de Washington vers d'autres pays du monde et sont la première variété de pommes la plus répandue aux États-Unis.

La pomme Red Delicious a été découverte au milieu des années 1870 dans une ferme du Pérou, dans l'Iowa.

C'est une pomme de taille moyenne à grande avec une couleur bordeaux profonde, une douceur douce à prononcée et un profil nutritionnel intéressant.

Bien qu'ils soient répandus, leur popularité diminue depuis les années 1980. Les consommateurs commencent à s'en détourner car ils sont cultivés pour l'apparence plutôt que pour la saveur.

En termes de prix, les pommes Red Delicious sont parmi les moins chères des variétés populaires, vous pourrez donc faire pas mal de jus pour votre argent.

Selon leur taille, vous pourrez peut-être vous en tirer avec 3 pommes par tasse de jus.

5. Pomme de Rome

Nommées d'après une ville de l'Ohio, les pommes Rome sont une variété croquante à rouge vif du début des années 1800 avec une saveur légèrement sucrée.

Bien qu'elles soient un choix très populaire de pommes pour la cuisine, elles sont également idéales pour faire du jus de fruits frais.

Sous forme de jus, il a une saveur agréablement sucrée et acidulée.

Si vous en coupez un et que vous voyez une couleur rose ou légèrement rougeâtre à l'intérieur, ne paniquez pas !

La pigmentation rouge sous la peau de la pomme de Rome peut s'infiltrer dans la chair et la pénétrer, provoquant un changement de couleur. C'est un phénomène naturel et totalement inoffensif.

Ce sont aussi des pommes bon marché à la livre, vous n'aurez donc pas à vous soucier de cela.

Les pommes Rome sont généralement de grosses pommes et donneront une bonne quantité de jus. Vous aurez besoin de 3 à 4 pommes pour une tasse de jus.

6. Pomme Granny Smith

La pomme verte Granny Smith, nommée d'après Maria Ann Smith, une maraîchère anglo-australienne, est devenue l'une des pommes les plus populaires en raison de sa faible teneur en sucre, car elle est souvent utilisée dans les recettes de jus par les amateurs de santé.

Ils sont originaires d'Australie au milieu des années 1800 et ont finalement gagné en popularité tout au long des années 1900, en commençant par la Grande-Bretagne en 1935, ont été acclamés dans le monde entier dans les années 60 et ont finalement atteint le marché américain au début des années 1970.

Le fruit est de couleur vert vif et a un goût acide et très acidulé qui s'adoucit à mesure que la pomme mûrit.

Si vous recherchez une douceur prononcée dans votre jus, les pommes Granny Smith ne seront pas votre meilleur choix car elles penchent davantage sur le côté acidulé et acide.

Ces pommes sont mieux adaptées au mélange avec d'autres produits pour une variété de saveurs et sont couramment utilisées dans les jus verts où elles :

  • équilibrer les goûts amers ou herbacés pour rendre le jus plus agréable au goût
  • fournir de bonnes quantités d'antioxydants et de potassium

Si c'est le genre de propriétés que vous recherchez, mais que vous ne trouvez pas de pommes Granny Smith, vous pouvez les remplacer par d'autres pommes acidulées.

Les pommes Granny Smith sont généralement assez abordables, vous ne devriez donc avoir aucun problème à acheter un approvisionnement durable.

Attendez-vous à presser 3 pommes de taille moyenne pour 8 fl. once. de jus.

7. Pomme Fuji

Les pommes Fuji sont une autre variété de pommes qui figure sur la liste des 10 pommes les plus populaires aux États-Unis.

Ils sont originaires du Japon vers les années 1960 et ont été créés en croisant la variété de pomme Red Delicious et Ralls Janet.

Malgré leur origine, l'État de Washington produit désormais plus de pommes Fuji que le Japon.

Les pommes Fuji sont connues pour avoir une durée de conservation relativement plus longue que la plupart des autres pommes, ce qui en fait un choix très approprié pour l'achat et le stockage en vrac.

Ce sont généralement de grosses pommes et assez juteuses aussi.

Si vous recherchez la douceur, les pommes Fuji partagent un niveau de douceur similaire à celui des Honeycrisps, ce qui les place parmi les pommes les plus sucrées que vous puissiez trouver.

Cette variété vous donnera certainement un jus savoureux et très sucré.


C'est pourquoi les pommes rouges délicieuses sucent si fort

La Washington Apple Commission décrit la Red Delicious sur son site Web comme «la pomme à grignoter préférée au monde», mais tous les écoliers qui en ont déjà jeté une savent la vérité : les pommes Red Delicious sont nulles.

Insipides, parfois de texture cartonnée et généralement recouverts de cire, on les trouve toujours dans les stations-service, dans les bols à la réception des hôtels chics et, oui, dans les lunchs scolaires des sacs bruns. Mais qui aime les manger ?

Même pas beaucoup de producteurs. Mike Beck, qui cultive 80 acres de pommes à la cidrerie Uncle John's, admet qu'il cultive du Red Delicious pour ajouter de la couleur à certains de ses cidres, mais il ne les mangera pas. Elles ne font pas partie de son top 10 des pommes à grignoter. Ou son top 100.

« Elles ne font même pas partie de mes 2 000 pommes les plus gourmandes », déclare Beck, qui a siégé pendant 15 ans au Michigan Apple Committee. « Ce n'est pas une pomme totalement pourrie, mais je sais que pour de nombreux producteurs, ce n'est pas l'une des pommes qu'ils conservent dans leur chambre froide personnelle. Je peux te dire ça."

Alors pourquoi le Red Delicious est-il devenu si populaire, et pourquoi est-il devenu si nul ? La réponse se trouve dans l'histoire de l'agriculture et de l'alimentation.

Le Red Delicious s'appelait d'abord le Hawkeye, et Jesse Hiatt l'a trouvé poussant dans sa ferme au Pérou, dans l'Iowa, vers 1870. « Il est apparu sous forme de semis dans son verger », explique Charlotte Shelton, propriétaire d'Albemarle Ciderworks et de Vintage Virginia. Pommes. « Il l'a déterré, mais il a continué à remonter. Il était quaker et il pensait qu'en raison de sa persistance, il méritait peut-être de vivre.

"La Red Delicious originale était assez impressionnante dans le sens où c'était une pomme très comestible qui plaisait à beaucoup", dit Beck. «Mais ce n'était pas rouge. Il était rayé de rouge et de jaune. L'original Hawkeye avait peut-être un peu de saveurs d'ananas ou de melon. C'était fruité et sucré, mais ça n'avait pas l'air génial.

Il a été introduit sur le marché en 1874. « Ensuite, il a remporté un concours de la Stark Brothers Nursery », dit-il.

CM. Stark, le président de l'entreprise, a déclaré que c'était la meilleure pomme qu'il ait jamais goûtée, dit Shelton, alors il en a acheté les droits. En 1914, la pépinière a rebaptisé la variété Red Delicious, et « au fil du temps, le rouge est devenu la chose », dit Beck. Il en va de même pour la typicité, ou des qualités spécifiques - pour le Red Delicious, une forme distinctive, avec un sommet très voluptueux qui s'allonge en cinq points sur le bas.

"La pépinière Stark en a fait la promotion et, au fil du temps, elle a été sélectionnée pour produire des pommes de plus en plus rouges", explique Shelton.

Avec la promotion et le marketing, le nombre de fans de Red Delicious a augmenté. « À un moment donné, on estimait que 90 pour cent de la récolte de pommes était constituée », dit-elle.

Le grand changement - et la montée en popularité - s'est produit dans les années 1950. « C'était le SweeTango [une variété hybride de plus en plus populaire] des années 1950 », explique Bob Purman, propriétaire d'Island Orchard Cider, qui cultive ses propres pommes patrimoniales sur l'île Washington, dans le lac Michigan.

« Dans les années 1950, alors que Red Delicious se développait, il y a eu un changement majeur dans la façon dont les Américains achetaient de la nourriture », explique Beck. «Auparavant, les gens achetaient de la nourriture directement à la ferme ou sur les marchés de producteurs jusqu'à l'avènement d'une bonne réfrigération et des chaînes d'épiceries. Alors les gens ont commencé à acheter avec leurs yeux. La Red Delicious, sans aucun doute, est une jolie pomme. C'est magnifique et très invitant, mais c'est un peu comme si vous pensiez acheter une Corvette, puis que vous montiez dans une Chevette.

Les pommes Red Delicious sont devenues populaires, dit-il, parce que les producteurs pouvaient les vendre aux emballeurs, qui à leur tour les vendaient à ces chaînes d'épiceries, ce qui a également alimenté un changement dans leur goût.

"La recherche d'une meilleure présentation au détail a conduit les vergers et les pépiniéristes à essayer de concevoir et de croiser ce Red Delicious pour obtenir cette couleur rouge foncé parfaite et ces cinq petites bosses parfaites sur le fond", explique Paul Vander Heide, propriétaire de Vander Mill Cider. "Et dans le processus, ils ont oublié que les choses doivent avoir bon goût."

« Les gens achetaient de la nourriture directement à la ferme ou sur les marchés de producteurs jusqu'à l'avènement d'une bonne réfrigération et des chaînes d'épiceries. Alors les gens ont commencé à acheter avec leurs yeux. La Red Delicious, sans aucun doute, est une jolie pomme.

Joe Heron, le fondateur et ancien propriétaire de Crispin Cider, ne croit pas que le goût ait jamais changé. « Ils ont toujours été nuls », dit-il. « Quand vous avez interrogé quelqu'un sur son goût, il a toujours dit que cela avait un goût de merde. Le Red Delicious a toujours été assez moyen parce que la structure moléculaire était ce qu'elle était.

Mais les goûts des gens ont changé. "Notre attente d'une pomme est maintenant motivée par Honey Crisp, qui est juste assez sucré, juste assez croustillant", dit-il. "Nos attentes de grandeur ont changé."

Néanmoins, la Red Delicious persiste et aujourd'hui, ces pommes indésirables sont tout aussi susceptibles d'être exportées vers la rive ouest du Pacifique, le Mexique et certaines parties de l'Europe. « La Pacific Rim a toujours une petite histoire d'amour avec elle, donc Red Delicious fait toujours partie du mélange des producteurs », dit Beck. « Mais en ce qui concerne les cultivateurs, je leur donnerais un 6 ou un 6,5 sur 10. Ce ne sont pas les choses les plus difficiles à cultiver, mais pas les meilleures. Mais pendant si longtemps, c'était un vrai salaire pour ces gars-là, en particulier ceux qui n'avaient pas de présence sur le marché, qui les envoyaient simplement chez un emballeur.

Un Red Delicious peut-il jamais avoir bon goût ?

"En dehors de l'arbre, on dirait que vous obtenez quelque chose de vraiment génial, mais...", dit Beck, s'arrêtant avec un soupir.

Si vous voulez qu'il ait meilleur goût, le Red Delicious doit être laissé sur l'arbre si longtemps qu'une condition appelée watercore se développe. "Ce que cela signifie, c'est que les amidons et les sucres sont convertis en sorbitol, ou en sucre non fermentescible", dit-il. « Ils sont très doux, mais ils ne durent pas longtemps. Si vous laissez le Red Delicious faire cela, même ceux en carton peuvent devenir non offensants. Ils peuvent devenir un peu intéressants.

Si vous voulez une pomme plus savoureuse, allez dans un verger ou une ferme pour acheter des pommes.

Ou essayez une autre variété comme le Fuji, qui est un descendant plus savoureux du Red Delicious. Ou goûtez un Empire ou un Jonagold.

« Et Winesap, c'est comme croquer dans un verre de chardonnay. Ils sont tellement délicieux », dit Beck.


Déplacez-vous, Honeycrisp: la nouvelle pomme Cosmic Crisp fera ses débuts dans les épiceries

Ils l'appellent le Cosmic Crisp. Ce n'est pas un jeu vidéo, un super-héros ou le titre d'une chanson de Grateful Dead.

C'est une nouvelle variété de pomme, qui arrivera dans une épicerie près de chez vous le 1er décembre.

Cosmic Crisp est la première pomme jamais sélectionnée dans l'État de Washington, qui produit la majorité des pommes des États-Unis. Cela devrait changer la donne.

Déjà, les producteurs ont planté 12 millions de pommiers Cosmic Crisp, signe de confiance dans la nouvelle variété. Bien que seulement 450 000 boîtes de 40 livres soient disponibles à la vente cette année, cela passera à plus de 2 millions de boîtes en 2020 et à plus de 21 millions d'ici 2026.

La variété de pomme a été développée par la Washington State University. Les producteurs de Washington, qui ont payé pour la recherche, auront le droit exclusif de la vendre pendant les 10 premières années.

La pomme est appelée Cosmic Crisp en raison des points jaunâtres brillants sur sa peau, qui ressemblent à des étoiles lointaines.

"Je n'ai jamais vu une pomme plus jolie dans le verger que ces choses-là", a déclaré Aaron Clark de Yakima, dont la famille possède plusieurs vergers dans le centre de Washington et a planté 80 acres de Cosmic Crisps.

La nouvelle variété se conserve longtemps dans le stockage et au réfrigérateur, a déclaré Kate Evans, qui dirige le programme de sélection dans l'État de Washington.

Et c'est une « pomme à manger » exceptionnellement bonne, dit-elle. "C'est ultra-croquant, très juteux et a un bon équilibre entre douceur et acidité."

Les Cosmic Crisps sont un croisement entre l'Enterprise résistant aux maladies et les variétés populaires et croquantes Honeycrisp. La Honeycrisp, surnommée « Moneycrisp » par certains producteurs, a été la dernière pomme à susciter un grand buzz aux États-Unis lorsqu'elle a été introduite il y a quelques décennies. Il a été développé par l'Université du Minnesota.

"Cette pomme [Cosmic Crisp] a une bonne occasion d'être un succès auprès de beaucoup de gens", a déclaré Clark, vice-président de Price Cold Storage, une entreprise possédant des vergers et des entrepôts de fruits dans le centre de Washington. "C'est mieux parce que nous allons en avoir beaucoup."

Les pommes représentent une entreprise de 2,5 milliards de dollars par an à Washington, qui produit environ 60% de l'approvisionnement du pays, soit près de 140 millions de boîtes. Les meilleures variétés sont Gala (23%), Red Delicious (20%) et Fuji (13%).

Les pommes sont cultivées dans les vallées arides et les collines brunes du centre de Washington, à quelques heures à l'est de Seattle, et arrosées par des projets d'irrigation.

L'État compte environ 1 500 producteurs de pommes et 175 000 acres de vergers. Environ 50 000 personnes cueillent à la main quelque 12 milliards de pommes chaque automne. Le fruit est exporté dans 60 pays.

Avec autant de succès, pourquoi une nouvelle variété de pomme était-elle nécessaire ?

« Une nouvelle pomme suscite l'enthousiasme », a déclaré Toni Lynn Adams, porte-parole de la Washington Apple Commission, qui commercialise les pommes à l'échelle internationale. « Une nouvelle variété peut revigorer un marché et une industrie. »

Les producteurs de Washington, qui avaient vu la part de marché des pommes Red Delicious parfois pâteuses chuter au fil du temps, cherchaient à reproduire le succès du Honeycrisp, a déclaré Adams.

"Cela va bouleverser les choses d'une manière formidable", a déclaré Adams. « Nous nous attendons à ce que son volume augmente rapidement. »

Adams ne pouvait pas spéculer sur le prix des pommes Cosmic Crisp par livre.

« Une meilleure qualité génère de meilleurs rendements », a déclaré Clark, le producteur. « C'est un accord à but lucratif, mec. Nous essayons de gagner de l'argent avec.

Remarquablement, il s'agit de la première variété de pomme développée dans l'État de Washington, connu pour ses pommes depuis plus d'un siècle.

Les scientifiques du Tree Fruit Research Center de l'État de Washington à Wenatchee ont passé 20 ans à cultiver les graines de pommier souhaitées. En plus d'aider à financer cette recherche, les pomiculteurs ont besoin d'une licence pour acheter les arbres et payer une redevance sur les ventes de fruits.

Les arbres mettent trois ans pour produire une récolte, a déclaré Kathryn Grandy, membre de l'équipe de commercialisation de la pomme.

"Ce sera le plus grand lancement d'une seule variété jamais réalisé dans le monde", a-t-elle déclaré, et il est soutenu par un budget marketing de 10,5 millions de dollars.

Les consommateurs n'auront aucun mal à trouver la variété, a déclaré Grandy, qui travaille pour Proprietary Variety Management dans la ville de Chelan, au cœur du pays de la pomme.

Le travail sur le développement de la variété a commencé en 1997, a déclaré Evans, de l'État de Washington. Le processus d'hybridation croisée est utilisé pour créer des plantes depuis des centaines d'années, a déclaré Evans, et est assez différent des méthodes de modification génétique plus controversées.

“The goal, in my opinion, is to get more consumers eating apples,” she said. “Ultimately that is the goal of any plant breeder.”

Recevez notre newsletter hebdomadaire Tasting Notes pour des critiques, des nouvelles et plus encore.

Vous pouvez occasionnellement recevoir du contenu promotionnel du Los Angeles Times.


Honeycrisp was just the beginning: inside the quest to create the perfect apple

The idea that a red apple is a delicious apple is one of the greatest frauds ever perpetrated against Americans. The apples we’re supposed to eat to keep doctors away, the apples we’re supposed to give to teachers to show our appreciation, the apples we compare to oranges — all of them are a deep, predictable red, and none of them are delicious.

The apple variety known as Red Delicious has, according to the US Department of Agriculture, dominated the apple industry since at least 1980. It’s been the most widely produced variety in the United States for nearly 40 years.

The name is a total fabrication, a lie that’s woven its way into the tapestry of American culture. At best, biting into a Red Delicious is like biting into a firm cantaloupe that has only a serviceable sweetness. At worst, it’s like biting into an old baseball mitt, with shudder-inducing softness compounded by a flavor that tastes like it was muzzled between two cotton balls. Because they are common and cheap, Red Delicious apples are often served in hospitals and cafeterias across this great nation.

Thankfully, there’s hope. In the past several years, a new apple has emerged, one that all other apples should be judged against. This apple exemplifies American exceptionalism it is a feat of science as well as of grit and determination.

The Honeycrisp apple is as good as the Red Delicious is bad.

Its story is also a harbinger of apple greatness still to come.

The Honeycrisp apple’s greatness, explained

The Honeycrisp is a millennial apple born in the 1990s, after years of careful planning. It’s also considered the first “brand name” apple — the University of Minnesota had a patent on it, earning royalties from trees sold to growers.

Honeycrisps, as if in defiance, aren’t shaped like Red Delicious. They’re smaller, rounder, and lack the gaudy, bulbous top that set Red Delicious apples apart. Honeycrisps also never achieve the deep crimson lipstick-like hue of the Red Delicious. Their skin is more demure, usually a gradient spanning the first two bands of the rainbow and underscored by a singe of green.

It took 30 years for UMN scientists to develop the Honeycrisp, through a painstaking breeding process and lots of trial and error. Consumers first got their hands on it in 1992, but the buzz and media attention didn’t really take off until 2007. (Food trends like artisanal, organic, and local foods certainly helped.)

According to the US Apple Association, the Honeycrisp is the fifth most popular apple on the market today, ranking behind the Gala, the aforementioned Red Abhorrence, Fujis, and Granny Smiths.

Honeycrisp apple sales are on the rise. US Apple Association

As is the case with most other apples, Honeycrisps are best in the fall — peak Honeycrisp season is now, running from mid-September until right around Thanksgiving. And you should be able to find them at most grocery stores — they’re grown in orchards throughout the country.

What sets the Honeycrisp apart from other apples is its combination of flavor and texture. Biting into a Honeycrisp evokes a feeling similar to the first minute of your weekend. It’s like listening to Dusty Springfield for the first time. It crunches in a way that people who were raised on Red Delicious apples didn’t know (or believe) that apples could crunch.

The texture of a Honeycrisp is no accident: Its cells have been bred to be bigger than cells in other apples, making the fruit feel juicier and crunchier than its competitors. These cells explode as your teeth tear into them. Then there’s its distinct flavor — a clean, clarified sweetness that’s almost frosty.

Honeycrisp apples are neither elusive nor rare — you don’t need to arm yourself with a canary and a lantern and find that un mysterious druid at the farmers market who sells them. But you will pay more Honeycrisps are more expensive than nearly all other common varieties currently on the market. In September, when I checked my local grocery store in New York City, they were approximately $3 more per pound than Red Delicious, which clocked in at 99 cents per pound.

If you’re wondering how to pick the perfect Honeycrisp, experts say to look for the “undercolor” of the apple’s skin — the greenish blush that peeks through the red — and choose one that is ever so slightly shifting to a light yellow. And always store them in the fridge to keep them crispy and fresh.

What makes the Honeycrisp apple so good

When you talk to apple people — the people who create, market, and produce apples like the Honeycrisp — the phrase they tend to repeat is “eating experience.” It’s the snap of biting into an apple, followed by the wave of sweetness as the flesh breaks apart in your mouth. Ultimately, an apple is judged on its combination of texture and flavor.

For consumers and breeders, Honeycrisp has become the standard-bearer on both of these fronts. It’s the most successful of the apple varieties developed at UMN’s Agricultural Experiment Station (MAES), a horticultural research center that breeds new apples.

Dr. James Luby, a professor at UMN, says consistency has been a key factor in the Honeycrisp’s success, and a huge reason why other apple breeders want to emulate it.

Prior to 2008, the university had a patent on the apple, which earned the school, its investors, and a research fund at the university $1.30 on every tree sold. The patent brought in more than $6 million. It also was a way to control the supply and quality of the apple, as growers needed authorization from the university to plant the tree.

Even with the patent and authorization, Honeycrisp trees are a challenge to grow. They’re susceptible to heat, powdery mildew, and black rot. According to Growing Produce, a website geared toward American fruit growers, the tree is “finicky,” with brittle wood, and needs to be thinned carefully.

UMN’s patent expired in 2008, capping its Honeycrisp revenue stream and allowing anyone to plant the apple. That’s why you may hear anecdotes about subpar rogue Honeycrisps. In 2016, Wired suggested the apple’s eventual decline is inevitable.

“Anybody can use that brand, anybody can grow one, and try to sell it,” Luby said. “When they're in short supply, buyers don't always have the luxury of being choosy.”

Honeycrisps, Luby said, made a name for themselves based on their texture, a desirable crunch that’s crisp and firm but not too hard. Not only was their texture superior, it was also consistent from apple to apple — which other varieties can fail to achieve.

“A lot of the things that breeders are looking for when they're coming up with new varieties is making sure that when a consumer eats this apple, it's going to taste the same every single time,” says Cristy Warnock, the operations manager at PVM, a marketing firm working with apple breeders at Washington State University. “A bad eating experience would be something that you have with, like, a Red Delicious, where it's mushy or it's inconsistent.”

Honeycrisps’ consistent crispness isn’t a function of freshness but rather of marvelous breeding. Its parent apples are somewhat of a mystery, but that amalgam gave the Honeycrisp its signature crunch. Red Delicious, in contrast, was bred, marketed, and sold for the color of its skin, while its interior was overlooked. The process certainly made the skins redder, but it also made them tougher, and the insides became spongy.

Breeders have learned their lesson.

“We kind of always say that the appearance of the apple kind of gets the first date,” Luby said. “But unless the eating quality is really good, there won't be very many repeat dates.”

It’s possible to breed apples more flavorful than Honeycrisp

Some SweeTango apple porn. Courtesy of SweeTango

The Honeycrisp’s consistent crunch is its strong point, but Luby says breeders are working on apples that have the potential to outshine it.

They’re focusing mostly on flavor, which is driven by an apple’s sugar levels, acid levels (which determine tartness), and aromatic compounds.

“Now, the Honeycrisp has a good flavor, but there are certainly apples that are richer in flavor,” Luby said. “I think probably SweeTango represents one of the best flavors when you get a fully ripened one. But there are some other flavors that I think we can get in that would be interesting, some more fruity kinds of things. We've got one that's got kind of a cherry flavor, for example.”

After speaking to Luby, I went to Fairway market in New York City and grabbed a few SweeTangos and Zestars, two newer creations from Luby and the MAES team. The SweeTango — a cross between a Honeycrisp and a Zestar — boasted a honeyish, almost maple-like depth. The Zestars were more tart than the Honeycrisp.

Once I’d sampled several varieties of apples, I started to feel like I was shedding my human skin and becoming a pretentious wine snob, but with apples.

And there are still so many more new designer apples I haven’t tried, including a handful of varieties that are still in the pipeline. For example, UMN has created the Rave, a cross between a Honeycrisp and an unreleased variety called the MonArk, that’s due out in 2017. What it’ll taste like when it hits the market is still a little bit of a mystery.

There’s also the Cosmic Crisp, an apple created by Washington State University. It isn’t slated to hit the market until 2019 or 2020, yet buzz has been swirling around it since the beginning of this decade.

Breeders routinely experiment with different combinations, and people like Luby believe they can build more complex apple flavors — say, with a hint of brown sugar or cherry — while still maintaining consistent texture and brisk sweetness.

Creating a new apple takes at least 15 years

Cosmic Crisp apples, which are not yet on the market. Courtesy Cosmic Crisps

In the United States, the Big Three of apple breeding are UMN, Cornell University, and Washington State University. They are where new apples come from, and their breeders are constantly experimenting by crossing different kinds of apples.

It’s not exactly a speedy process.

From the concept phase to getting an apple into a consumer’s hand, creating a new apple variety takes 15 to 17 years. The in-between stages involve everything from pollinating apple trees by hand to researching the regions where the new variety of apple might thrive to conducting an extensive naming process once you have a winning combination of texture and flavor.

At UMN, Luby says that when testing a new variety, they plant 5,000 seedlings. “Probably 25 of them are good enough to send to the second stage of testing,” he says. “[The viable trees account for] about one-half of 1 percent.”

The time, investment, and level of commitment required to develop a new apple are why Washington State’s forthcoming Cosmic Crisp is so highly anticipated. Cosmic Crisps are the offspring of the Honeycrisp and another variety called the Enterprise (a spicier, sturdy apple). According to this promotional video, the Cosmic Crisp is large, juicy, crisp, sweet, and, most importantly, consistently crisp with every single bite:

As part of her work with Washington State, PVM operations manager Warnock is one of the lucky few to have tasted the Cosmic Crisp. She describes it like so:

It's very juicy. It's got a balance of sweet and tart flavors. Whenever we've done some consumer taste testing, over and over and over again, the consumers say the same thing about the flavor is one of the standout parts of it, the texture is awesome, the juiciness is awesome. It also, naturally, doesn't turn brown right away, so you can, it's great in food service kind of things. You can cut it up and put it in a salad, or have slices.

And UMN’s Luby says apples will only get better from here.

“I think we put the pressure on ourselves, actually,” he said. “The better the new apples are, it raises that bar that you've got to pass. Since Honeycrisp has come on the market, I think a lot of growers say, ‘Okay, is it as good as Honeycrisp?’ It's pretty typical of anything in product improvement, I guess, is it as good or better or different than the last or what's currently available. "

If apple breeders were content with sitting on their laurels, we wouldn’t have much more than Red Delicious. Thankfully, they want to keep creating wondrous things. They want to bring joy into people’s lives. That’s dedication. That’s love. That’s determination. And look me in the eye and tell me that’s not goddamn American.

There will eventually be a better apple than the Honeycrisp

When breeders talk about the current crop of newer and upcoming apples — SweeTangos, Zestars, Raves, Cosmic Crisps, Envies — there are small nuances that make each one special. Some look better than others. Some don’t brown once they’re sliced. Some are crunchier. Some taste warmer or sweeter than others.

What these apples have in common is that they’re known as “club apples,” meaning that each variety is patented and trademarked. All growers must buy into a club — the Big Three (usually with the help of a management company) license these patented and trademarked apples to specific groups of growers. Being part of that club allows the growers to reap the benefits of marketing and promotion.

The club also manages and makes sure the apples are being grown to a certain standard. Paying to grow these apples is very expensive (at least $2,000 per acre in some cases), a self-selection process of sorts that gives a grower incentive to produce high-quality fruit. The club is also discerning, only letting a select number of growers grow certain apples — according to NPR, a group of only 45 apple growers were allowed to produce the SweeTango when it came to market in 2009.

The result is, ideally, a better product and a more consistent quality, since every step of the licensing and growing process is intensive and regimented and everyone is invested in the apple’s success. It essentially tries to eliminate a scenario where someone bites into a bad apple.

Red Delicious sales are in decline. US Apple Association

Over the past 10 years, the Red Delicious apple’s stranglehold on American consumers has loosened. Growers are focusing more on varieties that taste better, like the Pink Lady and Honeycrisp, and cutting back on Red Awfulness.

Club apples, which put a premium on the consumer experience, seem like the future.

But this model is not without drawbacks.

For one thing, it’s very expensive. Growers, unless they are willing to pay, won’t be able to grow the most popular club apples. These clubs also control the quantity of apples produced, so as not to saturate the market and drive prices down.

“The problem sometimes with [club apples] is that it keeps production fairly low, and limited, because only so many people are allowed to grow it,” Warnock said.

Essentially, the owners of various brand-name club apples have control over those apples’ availability. They also help foster demand by drumming up marketing for the apple.

Marketing campaigns for specific apples are still a new phenomenon. The Honeycrisp’s popularity is largely due to word of mouth. That’s why, according to Warnock, it took a while for the apple to gain a foothold. And it has sort of continued on that path — currently, the Honeycrisp doesn’t really belong to anyone (though its patent is still in effect in some countries overseas) so there’s no real central Honeycrisp marketing firm putting out advertising and getting the apple into markets.

The people behind the various club apples — investors, universities, breeders, marketing firms — believe they can capture the same intensity the Honeycrisp has wrought, but also improve on it by using the club apple business model to get people amped for specific apples. The buzz around the Cosmic Crisp is evidence that they may be onto something.

The Honeycrisp’s success is what spawned the club apple model. Had UMN trademarked the apple instead of just patenting it, it would still have some control over it and benefited from its popularity.

I’m hesitant to say the Honeycrisp’s appeal is waning. If anything, growers are responding to its popularity and producing more of it. But its success has proven that the market for delicious apples is a lucrative one.

Club apples, unless something drastically changes or someone creates the perfect apple, will probably never match the enormous scale of production achieved by the Red Delicious, which, according to the US Apple Association, accounted for 21 percent of the apples produced in 2015. But that’s not really the goal of apple breeders like Luby, who simply want to create a better apple, regardless of what “better” means — sweeter, more complex, crispier, more appealing, more resistant to oxidation.

“[Next], we'll be figuring out which parents we want to cross with one another,” he told me, as UMN prepares to start a new apple development cycle. “I just can’t say anything right now about the next ones coming.”

In 17 or so years, we’ll get to see them for ourselves.

Millions turn to Vox to understand what’s happening in the news. Our mission has never been more vital than it is in this moment: to empower through understanding. Financial contributions from our readers are a critical part of supporting our resource-intensive work and help us keep our journalism free for all. Please consider making a contribution to Vox today from as little as $3.


Voir la vidéo: Sucre des fruits, Fructose? Eric Berg et Dr. Allouche répondent. Tremblement essentiel, la cause! (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Teshakar

    Comme d'habitude, vous nous plaisez avec vos meilleures phrases de remerciements, je prends!

  2. Bay

    Je suis absolument en désaccord avec la phrase précédente

  3. Florus

    C'est une honte!

  4. Senon

    Désolé pour l'interférence, mais j'ai besoin de plus d'informations.

  5. Holter

    Je pense que vous faites une erreur. Je propose d'en discuter. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.



Écrire un message